hausse prix bureaux entreprises

Comment contourner la hausse des prix des bureaux pour les entreprises ?

Entre 2020 et 2023, le marché de l’immobilier d’entreprise a été bousculé tour à tour par la pandémie, puis la guerre en Ukraine et la crise de l’énergie. Les taux d’intérêt ont ensuite remonté en 2023, gelant de nombreuses transactions. Comment contourner la hausse des prix des bureaux pour votre entreprise sur Nantes ? Voici quelques clés de compréhension et des pistes à explorer.

Le contexte de l’immobilier de bureaux en 2024

La tendance générale des prix de location de bureaux est à la hausse, depuis la période post-covid. Ville attractive tant pour les habitants que pour les entreprises, Nantes n’échappe pas à la règle. Les loyers pour des espaces professionnels à Nantes varient entre 110 et 355 euros /m² avec un prix moyen de 193 euros /m², soit une légère baisse de 1,4% sur un an. Cette diminution n’enraye pas la hausse sur deux ans, qui dépasse les 10% (source).

Résultat, le marché de l’immobilier de bureau montre d’importants taux de vacance, des retraits d’actifs de la vente et la réduction des surfaces louées par les entreprises. Le taux d’occupation du marché locatif des bureaux a baissé en 2023 d’environ 15% en région (21% en région parisienne), notamment du fait de la baisse des embauches.

La hausse des tarifs immobiliers touche lourdement le budget global des entreprises, obligées de réduire les surfaces louées ou de déménager leurs locaux dans des secteurs moins chers.

Les bureaux partagés et les espaces de coworking : des alternatives innovantes

Dans ce contexte, les espaces de coworking, les bureaux partagés ou le télétravail sont des alternatives très intéressantes pour les entreprises souhaitant réduire leurs frais immobiliers. Louer un espace de coworking ou des bureaux partagés revient globalement 15% moins cher pour une entreprise qu’un bail classique 3/6/9, tout en offrant des surfaces comparables et souvent des services supplémentaires.

Outre la réduction des coûts, ces espaces de travail hybrides ou flexibles répondent parfaitement à une demande croissante des entreprises en termes d’adaptabilité. Les solutions de coworking comme Whome permettent de disposer d’espaces de travail entièrement équipés, immédiatement opérationnels, ainsi que d’une offre de service complète, personnalisable et ajustable pour installer ses salariés (parking, cafétéria, salles de réunion, espaces privatifs…). 

Aujourd’hui, le coworking se fait premium, avec des espaces de travail de qualité, du mobilier de bureau haut de gamme et des aménagements soignés pour un environnement professionnel favorisant la productivité et la créativité.

D’autre part, installer ses équipes en télétravail dans un espace de bureaux partagés est l’occasion pour eux de côtoyer d’autres professionnels de leur secteur ou d’autres entreprises. Or, le réseautage est encore le meilleur moyen de créer des opportunités professionnelles. Dans un contexte immobilier en hausse, les bureaux partagés offrent donc une alternative économique intéressante pour les entreprises, notamment les TPE, PME et solopreneurs.

Faire des économies en négociant ses baux

L’immobilier reste la principale dépense des entreprises, après les charges de personnel, et elle a grimpé de 8% par m² en 2021 et 2022 selon l’IDET (organisation professionnelle des directeurs d’environnements de travail) . En même temps, la moitié des 55 millions de mètres carrés de bureaux en France sont sous-utilisés, dont près de 10 % totalement vides !

Dans ce contexte, négocier son bail 3/6/9 est impératif si l’on choisit la solution de la location de bureaux. La renégociation du bail peut revêtir divers aspects :

Face à la hausse des prix des bureaux à Nantes et dans le contexte de l’immobilier d’entreprise en 2024, plusieurs alternatives existent. Les espaces de coworking et les bureaux partagés émergent comme des solutions économiques et flexibles, offrant des économies significatives sans altérer la qualité des services offerts. Une autre solution réside dans la renégociation des baux 3/6/9 afin d’adapter ses coûts immobiliers à la réalité économique.