Confidentialité et co-working, l’impossible équation ?

Ça va, j’ai juste passé un coup de fil avec un fournisseur. Dans le bureau partagé de mon espace de coworking. À côté d’une inconnue...

Ça va, j’ai juste passé un coup de fil avec un fournisseur. Dans le bureau partagé de mon espace de coworking. À côté d’une inconnue. Dont le mari est mon concurrent direct.

Et ce n’est que la partie visible ou presque de l’iceberg de la confidentialité. Sécurité réseau, insonorisation, réseau dédié et fiable… On vous dit tout pour que le mari de la dame ne sache plus rien.

La confidentialité, la grande oubliée du télétravail

Depuis toujours, la confidentialité et la lutte contre l’espionnage industriel sont des combats de chaque instant pour les entreprises. Ils ont toujours été identifiés comme à risque dans des lieux connus : les open spaces, les restaurants sur la pause déjeuner ou encore les transports. On a demandé aux collaborateurs de s’isoler pour téléphoner, de ne pas partager d’avantage concurrentiel à haute voix et de mettre des filtres anti-espionnage sur les écrans, empêchant un voisin curieux de regarder. Aujourd’hui, cette zone de risque s’est considérablement étendue, dans les nouveaux espaces partagés type coworking, et dans la sphère privée, à la maison, avec l’explosion du télétravail. Au manque d’insonorisation s’ajoute une connexion internet partagée et souvent peu sécurisée.

Avant tout une question d’IT ? 

L’espionnage industriel comprend une partie visible : les discussions, les appels, les écrans d’ordinateurs, mais aussi, et surtout, une partie invisible. Et qui ne dépend pas que du bon vouloir des collaborateurs.

Si les DSI ont parfaitement conscience des menaces liées à une connexion partagée ou à l’absence de pare-feux efficaces, ce risque est encore trop peu pris en compte lorsqu’il s’agit de télétravailler en home office ou en espace de coworking. Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur pour la sécurité de l’entreprise et de l’ensemble de ses données, et des solutions concrètes existent : lignes privées, réseau dédié et sécurisé, et véritable insonorisation acoustique en font partie.

Surtout une affaire de Qualité de Vie au Travail 

Une offre flexible et sur-mesure

La confidentialité représente non seulement une charge mentale lourde pour les responsables d’entreprise, mais aussi un facteur de stress pour les collaborateurs.

Travailler dans des espaces mal insonorisés gêne plus d’un actif sur 2, et les nuisances sonores impactent la productivité de près de 80% des télétravailleurs (enquête Ifop pour la JNA, 2021)

Au-delà des risques liés au partage d’informations, le manque de confidentialité se ressent sur la concentration et donc les résultats des collaborateurs. Et si nous avions la solution pour concilier sécurité et confidentialité ?

Passez enfin au monde d’après

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.